top of page
loading-gif.gif
  • Photo du rédacteurSagesses Bouddhistes

Comment nourrir le bonheur

Extrait du livre de chants du Village des Pruniers


© Philippe Judenne

Ma pratique m’apporte paix et joie,

Je fais le vœu de les cultiver

Et de les arroser tous les jours par ma pleine conscience.

Pour mes ancêtres, ma famille et toute l’humanité,

Je fais le vœu de pratiquer avec diligence.

Je suis conscient que, dans la société,

D’innombrables êtres souffrent,

Noyés dans les plaisirs sensoriels, la jalousie et la haine.

Je suis déterminé à prendre soin de mes propres formations mentales,

À pratiquer l’écoute profonde et la parole aimante

Afin d’établir la communication,

De permettre la compréhension

Et d’apprendre à accepter et à aimer comme un bodhisattva,

Je fais le vœu de regarder les autres

Avec les yeux de l’amour bienveillant,

D’ouvrir mon cœur à la compréhension.

J’écouterai attentivement

Avec les oreilles de la compassion

Et l’esprit accueillant

Afin de soulager la souffrance des êtres vivants

Et d’apporter la paix et la joie dans leur cœur.


Je suis conscient que l’ignorance et les perceptions erronées

Peuvent faire de ce monde un enfer.

Je m’engage à pratiquer toujours la voie de la transformation,

À cultiver la compréhension et l’amour bienveillant,

Afin que ce monde devienne une terre pure.

Par-delà la naissance, la maladie, la vieillesse et la mort,

J’ai trouvé mon chemin et je n’ai plus peur.

Quel bonheur de vivre dans la stabilité et la liberté,

Et de participer à la mission des Bouddhas et des bodhisattvas

De sauver tous les êtres !

En cet instant, et pour toujours,

Mon cœur déborde de gratitude.



Cet article est paru dans Sagesses Bouddhistes n°2 (Printemps 2017)

 






Comments


bottom of page